Rennes sera t-elle dévorée par G00gle ?

- 9 mins

G00gle dévore le monde. Accepterons-nous de lui offrir nos vies privées et professionnelles ?

Eye-Monster from Ultraman by DocChewbacca CC BY SA

Il y a bientôt un an j’écrivais “Rennes s’horizontalise ?” pour râler un peu mais surtout entrevoir des horizons de libertés individuelles et collectives, de citoyenneté, d’entrepreneuriat, d’associatif, qui transforment la cité avec collaboration et éthique.

Aujourd’hui Sundar Pichai, PDG de Google présent en France à l’occasion du sommet de l’attractivité qui se tenait à Versailles, lundi 22 janvier, en présence d’Emmanuel Macron, Président de la république Française, a annoncé le déploiement en France des Ateliers Numériques Google. L’annonce de l’ouverture prochaine d’un atelier G00gle du numérique permanent à Rennes fait grand bruit. Promettant de former 100 000 personnes par an dans une ville qui comporte 215 366 hab. (2015 en augmentation de 3,95 % par rapport à 2010), le géant du numérique sait se faire lanceur de grandes annonces. Pourtant, ces fameuses formations annoncées en grande pompe à Rennes ressemblent bien plus à de la pub pour Google et ses outils. La fiche de poste le confirme clairement. Ils recherchent des commerciaux, dont la mission n°1 est de faire de la pub à Google : voir la fiche publiée “Google Coach” (merci CryptoParty Rennes pour le tuyau).

À t-on besoin de G00gle à Rennes ?

Peut être qu’une entreprise capitalisée à hauteur de 793,268 milliards de $ (20 janvier 2018) avec un chiffre d’affaire de 66 milliards de $ (2014) pourrait faire du bien à la petite ville bretonne. Cela pourrait grandement aider l’écosystème associatif et entrepreneurial local. Sauf que G00gle ne paye pas vraiment ses impôts et le Fisc français réclame 1,6 milliards d’euros au géant. N’importe quelle organisation de l’écosystème breton serait en prison pour beaucoup moins que cela.

G00gle promet de former au numérique ? Oui mais il semble que cela soit beaucoup plus d’apprendre à se servir uniquement des outils G00gle. Si Mc Donald formait nos enfants à consommer du Mc Donald dans les cantines scolaires, les laisserions-nous faire ?

G00gle, c’est avant tout un modèle d’entreprise basé sur la surveillance de masse, le non-respect de la vie privée. Et si Tristan Nitot déclare : « Nous sommes surveillés par nos ordinateurs », alors le coté action citoyenne de G00gle ne paraît pas très approprié dans une métropole de la république des droits de l’Homme et du citoyen. Et l’espionnage industriel, ainsi que le contrôle des flux numériques et monopole des outils par G00gle va-t-il plaire aux entreprises bretonnes ? Stéphane Bortzmeyer nous donne à consulter une solide liste de ressources sur l’étendue des dégâts. La fiche de lecture “Google-moi” est excellente pour mieux comprendre les enjeux.

Pour être honnête, les entreprises et associations qui font depuis 20 ans ce que G00gle promet à Rennes sont légions. Fin 2017, Le québécois Savoir-faire Linux s’implante à Rennes, les associations Gulliver, Groupe des Utilisateurs de Logiciels et œuvres Libres d’Ille-et-Vilaine et des Environs de Rennes, Crypto Pary Rennes, Breizh Entropy, Actux avec tous les jeudis du Libre, ne sont que quelques exemples parmi de nombreuses organisations locales qui font (bien mieux ?) ce que G00gle promet. Des organisations qui auraient plus besoin d’une revalorisation de leurs actions par le pouvoir politique que d’une proposition d’être collaboratices de G00gle.

G00gle transforme les villes ?

Oui bien évidemment ! Comme Microsoft d’ailleurs. Rennes – la ville et Rennes Métropole (43 communes), dont la DSI est mutualisée, ont promis de passer aux logiciels libres pour économiser 500 000€ au passage. Alors G00gle dans la cité, cela pose de nombreuses questions.

La surveillance de masse du géant du numérique semble être connue du plus grand nombre. Mais en plus de ne pas payer ses impôts, un des mécanismes de base de la solidarité contributive de notre république, G00gle et ses implantations, c’est aussi la gentrification de la cité. C’est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. Vive la mixité sociale conçue par G00gle ! Reste à savoir si le discours politique de Nathalie Apéré, Maire de Rennes, conservera son parfum du “Vivre en intelligence”. Et avec 100 000 “étudiants G00gle” par an, il va falloir vraiment agrandir les murs de Rennes. En vertu de l’article L.2212-1 du Code général des collectivités territoriales, le maire doit veiller, à travers ses pouvoirs de police, à assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publique dans sa commune (Voir Wiki dédié). Une entreprise en situation de quasi monopole mondial venant “éduquer” en masse les populations à l’utilisation des ses propres outils et méthodes… Hygiène du numérique publique menacée ? Liberté de panorama numérique ? Privation du droit à la vie privée ? En réalité, si Rennes se rêve “Smart City” il conviendra de regarder de très près ces risques ainsi que celui de gentrification proposé par G00gle. Nos responsables politiques devraient, dans le sens du devoir, s’intéresser à l’initiative citoyenne d’un quartier berlinois, Smart City s’il y en a, contre l’envahissement de G00gle. À Kreuzberg, ils et elles ont d’ailleurs conçu un wiki pour documenter de façon libre et contributive leurs actions, les sources de maux de G00gle, et aussi la gentrification.

Je vous propose quelques idées et une action simple

Idées

Liste que je vous invite à compléter :

  1. Par vous même, construisez votre propre avis sur le sujet en utilisant plusieurs sources sérieuses d’informations,
  2. Passez à d’autres outils que G00gle, en suivant ces conseils “Hygiène numérique” par exemple ou en cherchant vos propres solutions,
  3. Allez à la rencontre des organisations qui oeuvrent pour les libertés et le numérique pour tous dans votre ville,
  4. Partagez, réutilisez, earchivez, modifiez où vous voudrez cet article qui est sous licence libre, donc avec seulement deux obligations : citer l’auteur source et utiliser vous aussi une licence libre.

Action

Je propose d’ouvrir et entretenir un wiki citoyen dédié à “no-google-rennes.com” (titre d’exemple), en s’inspirant au départ de celui mis en place à Berlin. Un wiki permet une contribution citoyenne, de la transparence, de l’archivage de données et une gouvernance appropriée aux enjeux. Je serais donc enclin à proposer de placer les ressources de ce wiki sous licence creative commons zéro, autrement dit “dans le domaine public”, avec dedans, par exemple :

  1. La comptabilité financière de ce wiki
  2. Les actions déjà en place à Rennes pour des formations citoyennes au numérique
  3. Les nouvelles actions de “résistance” à G00gle (quadrapéro, café citoyen, dégoolisons par framasoft, conférence…)
  4. Les tutos et documentations pour se passer des outils G00gle par soi-même
  5. Les financements publics ou aides touchées par G00gle Rennes (en s’inspirant du projet Arcadie)
  6. Un espace pour collecter et agréger des données, du matériel de campagne et tout ce qui peut aider à s’émanciper de l’“atelier Google” de Rennes !

Et certainement bien plus que ces 6 points.

Pour faire cela, il faut un tout petit peu d’argent. Un nom de domaine et hébergement d’un wiki va de 6€ par mois, chez 02 switch, à 8€ par mois, chez Ovh, 2 entreprises françaises. Je ne tiens pas à faire de l’argent avec cette proposition de wiki mais je n’ai pas la surface financière de G00gle. Je propose ainsi :

  1. Soit d’autres personnes le font à ma place et je contribuerai comme auteur dans le wiki
  2. Soit vous me permetter de le faire, sans que je me retouve à poil fiancièrement, via une collecte en ligne transparente.

Donc 6€ × 12 mois = 72€ / ans à atteindre avant que j’agisse ou 8€ × 12mois = 96€ / ansur liberapay :

Quels moyens de paiement sont acceptés ?

Notre système gère actuellement la plupart des cartes bancaires (CB, Visa, et MasterCard), ainsi que les virements bancaires (en euros) et les prélèvements bancaires (SEPA uniquement). D’autres options seront ajoutées dans le futur.

Comment les dons récurrents fonctionnent-ils ?

Sur Liberapay les dons sont financés à l’avance. Vous avez le contrôle sur le dépôt d’argent, vous choisissez quand et combien. Mettre plus d’argent en une fois permet de réduire le pourcentage de frais de transactions. Lorsque votre compte ne contient plus assez d’argent pour financer vos dons, nous vous enverrons une notification par courriel afin que vous puissiez ajouter de l’argent à nouveau. Ou vous pouvez mettre fin à votre don.

Puis-je faire un don non récurrent ?

Non, mais vous pouvez arrêter votre don à tout moment, et il cessera de fait si vous ne rajoutez pas d’argent dans votre compte le moment venu.

Cette plateforme est-elle légale et sécurisée ?

oui. Liberapay est géré par une association à but non lucratif basée en France, nous respectons les réglementations financières de l’Union Européenne, et la sécurité du service est une de nos priorités.

Je ne me lancerai dans cette initiative qu’une fois la première année d’hébergement et de nom de domaine du wiki assurée par les dons.

Cela demande du temps et du savoir-faire d’installer, de maintenir et d’administrer un wiki sur un tel projet. Je vous laisse juge de la valeur cet investissement.

Si quelque chose ne vous convient pas ou si avez des questions : xcoadic[at]protonmail[dot]com

Une fois ce wiki créé et hebergé, je ferai des efforts de contributions sur ce wiki et surtout je proposerai un 1er café “no-g00gle” pour une rencontre physique et proposer une administration et gouverance décentralisée et appropriée à ce wiki. Car c’est aussi ça la démocratie et l’hygiène numérique : ne pas concentrer les pouvoirs dans les mains d’une seule personne.

Et si vous donnez plus d’argent qu’il n’en faut initialement pour démarrer cette initiative ? La comptabilité sera accessible sur le wiki, nous pourrons passer à un autre moyen moyen de collecte que mon compte Liberapay, les choix de répartition des sommes seront proposés via le wiki dédié, pouvant ainsi servir à ce wiki ou à d’autres initiatives à Rennes ou ailleurs.

Si la somme totale n’est pas atteinte mais qu’il y a eu des dons, j’offrirai cette somme à une initiative similaire à Rennes ou dans une autre ville. Et tout ceci sera transparent et consultable via Liberapay.

Si vous pensez que je fais de l’opportunisme arriviste pour faire quelques deniers en sautant sur l’actualité de G00gle à Rennes, je vous invite à bien regarder ce qui est proposé dans cette article, puis être un citoyen vigilant dans la suite de ce qui sera fait et si nécessaire me clouer au pilori à l’occasion d’un crime d’hactivité constaté et avéré.

Merci à toutes les personnes qui soutiennent les efforts par leurs dons


Xavier Coadic

Xavier Coadic

Human Collider

rss framagit twitter github mail linkedin stackoverflow