Hygiène numérique 2, écologie du temps et préservation de l'attention

- 7 mins

Voici quelques pistes pour organiser, gérer, votre temps au travail ou dans vos loisirs.

Photo credit: Lauren Manning licence CC BY

Après un premier article au sujet de la navigation sur le web, je vous propose de passer un oeil dans ces lignes pour prendre soin de votre temps et protéger votre attention.

Si vous ne le saviez pas encore, il existe une économie de l’attention, c’est-à-dire, en termes réducteurs, que votre temps et votre attention sont des ressources que des entreprises s’emploient à exploiter pour faire des bénéfices. C’est d’autant plus symptomatique dans le cas des entreprises comme Facebook, Youtube, Google, Amazone, vos application mobiles… Par exemple, il existe une thèse universitaire “La liberté par l’information : généalogie politique du libéralisme informationnel et des formes de l’auto-organisation sur internet”, par Benjamin Loveluck, mais il est fort probable que vous pensiez que le temps vous manque pour lire cette oeuvre.

Bien, ainsi soit-il… Vorte temps est considéré comme un gisement à exploiter par certaines personnes et votre attention est pierre précieuse à piller. Comment, dans cette ambiance, prendre soin de vos ressources, les protèger et donc prendre soin de vous ?

Qui est responsable du temps passé sur nos smartphones ?, des designers s’expriment à ce sujet sur France Culture.

Cultiver du temps

Ce que je vous présente ci-après sont des usages éprouvés par de nombreuses personnes dans différents métiers qui pratiquent ces méthodes et outils.

Quand on a plusieurs axes parallèles à gérer ou simplement pour ne pas se laisser déborder dans une gestion de projet, j’utilise la méthode Pomodoro. C’est une technique qui se présente sous la forme de 5 étapes :

Si il y a quelque chose que je peux faire et qui prend moins de 5 minutes, je le fais dans la foulée. Sinon, je le note dans ma todo-list si il y une place libre. Sinon, pas de liste d’attente qui pourrait surcharger mon attention, comme les notifications des réseaux sociaux qui s’accumulent et vous pousse à être en permance obsorbé.e par le déferlement décidé par l’entreprise qui possède ce réseau.

Je ne définis jamais plus de 5 tâches à faire, une nouvelle tâche ne peut être inscrite que si la liste fait moins de tâches à accomplir. Je me lance sur une tâche et je la fais, en essayant de ne jamais dépasser 45 minutes. Mode mono-tâche, je ne me disperse pas et je n’ai pas à me forcer pour arriver à cette concentration. Je ne me perds pas entre les fenêtres de mon navigateur et/ou des mails et messsages. Je ne fais qu’une tâche et je la fais avec toutes les capacités que je peux y porter.

Petite entorse qui peut faire du bien, car je n’aime pas les rêgles strictes, je n’applique pas la contrainte temps avec chronomètre qui fait tic-tac, donc pas de stress du rebours sonore et mon attention est entièrement libérée pour la tâche. Je jette un oeil à une horloge, mais au final c’est à moi de décider et donc d’assumer ma responsabilité. Je ne planifie pas les pauses. À chaque pause je fais un acte qui me détend (marche pour prendre l’air ou lecture…) ou qui est du quotidien privé (message perso, lessive…).

Si je suis dérangé ou sollicité pendant un temps assez long lors de la réalisation d’une tâche, je le note sous la tâche. Cela permet de tracer et de savoir combien de temps la tâche a vraiment prise.

C’est moi qui choisis l’arrangement de mon temps et où et comment mon attention est dirigée et utilisée. Dans les pauses, la marche et la lecture sont pratiquées plusieurs fois par jour, qu’importe que je sois en ville ou en pleine campagne. C’est stimulant, enrichissant, permet de prendre du recul, mais c’est surtout du temps pour soi et ça n’a pas de prix.

J’utilise un tableau numérique ou non numérique (sur un mur ou sur un cahier) pour spatialiser mes tâches et visualiser la progression.

Je considère mon travaille comme un jardin dans lequel j’investis du temps, mon attention est un carburant de mes compétences, et le tout pourra donner des graînes et des fruits. Ainsi, je ne laisse pas un tiers polluer mon jardin, capturer mon essence et altérer mes compétences. Je peux ensuite partager les graînes et fruits sains avec d’autres en bonne conscience.

Traçabilité

Une fois ma tâche finie, je mets à jour mon tableau et le suivi du temps. C’est un tableau en 4 colonnes dans lequel je déplace des tâches :

Lessy.io est un excellent tableau de bord, libre et open source, pour gérer vos tâches et temps et surtout il n’est pas conçu pour dévorer votre attention.

C’est évidement inspiré de la technique Kanban, et cette manière de faire peut être complexifiée, tout en gardant à l’esprit la nécessité de frugalité d’utilisation.

Remplir ce fichier, c’est une vraie discipline. Il faut le faire régulièrement pour ce que ce soit utile. Mais si vous remplissez ce fichier au quotidien, en semaine et en week-end (pour vos affaires personnelles ou passions), vous verrrez combien de temps sera passé sur chacune de vos tâches, perso ou pro. Cela permet de prendre cosncience d’une vie bien remplie, bien riche et quand vous vous dites que rien n’a été fait, vous aurez la peuve du contraire. C’est aussi efficace en travail d’équipe pour la traçabilité ou pour rendre des comptes à un.e supérieur.e. C’est excellent pour ne plus gaspiller des heures dans les méandres des mines du temps et de l’extraction de votre attention.

Un outil-méthode numérique libre et open source bien pratique : myAgilePomodoro

Donc traçabilité, mais sans offrir mes données personnelles à une société privatrice de libertés.

Conclusion

L’environnement est à la fois le produit et la condition de cette activité de gestion du temps et de l’attention humaine à l’heure d’une société numérique. Je vous assure que ces quelques astuces changent les relations des êtres vivants avec l’environnement et celles que vous aurez avec votre entourage professionnel et personnel. Cet article ne suffit à faire science étudiant les écosystèmes à plusieurs niveaux, mais à minima il vous fournit des méthodes et outils pour protèger et prendre soin de vos ressources, des ressources qui sont ausis partgées avec d’autres. Peut être que maintenant vous aurez du temps pour lire de longues thèses ( ͡° ͜ʖ ͡°).

Vous pouvez aussi aller plus loin en équipe dans cette démarche avec, par exemple, un “Walking Dev” sur une journée complète.

Si cet article vous a été utile et que vous en souhaitez en lire d’autres, merci de faire un petit soutien via l’icône jaune en bas à droite de cette page. Ce travail d’écriture régulière est sous licence libre et est ouvert à la contribution, en ouvrant par exemple une ISSUE nommée HN (pour Hygiène Numérique) #2 pour cet article et contenant vos idées et suggestions.

Merci à toutes les personnes qui soutiennent les efforts par leurs dons


Xavier Coadic

Xavier Coadic

Human Collider

rss framagit twitter github mail linkedin stackoverflow