Travaillons ensemble sur le consensus et le design des instances ?

- 8 mins

Vous formuler une intention claire et expressive, telle est mon intention dans cet article afin de respecter votre attention et favoriser de possibles collaborations.

Image from page 316 of 'Bell telephone magazine' (1922)

L’expressivité me semble devoir être comprise à la fois comme la puissance d’expression, soit une capacité à exprimer une opération complexe par un formalisme aussi simple que possible, et à la fois comme la qualité de l’expression, soit le fait que le texte du formalisme suggère facilement sa signification au lecteur.

Je cherche par cette démarche à vous proposer de collaborer sur un sujet complexe, le consensus, en tentant d’économiser du temps et de l’énergie afin de laisser place à l’habilité et à la sagacité, pour vous comme pour moi.

À Quel sujet ?

Depuis près de 3 ans je travail à l’élaboration de processus décisionnels adaptés aux organisations collaboratives et novatrices. L’usage et l’étude du consensus s’est présenté rapidement comme un terrain d’expérimentation fertile.

J’ai rédigé à ce sujet deux articles contenant des liens vers, entre autres, une bibliothèque numérique sur le consensus et des regards et interrogations sur l’objet du consensus :

  1. OCNI: Objet de Consensus Non Identifié
  2. OCNI #2 Objet de Consensus Non Identifié - Consensus et Consentement

S’en est suivie très récemment une contribution à la consultation nationale sur une société numérique, sur “les écueils de gouvernance à éviter”.

Des échanges réguliers avec le chercheur en sociologie Antoine Burret m’ont fait décvourir l’expérimentation naissante en Suisse sur le design des instances et les espaces de concertation, dont le site internet offre un accès à un wiki pour une tentative de documentation du processus et de l’expérience en cours.

De plus, depuis plus de deux années, les nombreuses personnes que je rencontre dans différentes sphères professionnelles se disent intéressées par ses réflexions mais expriment une difficulté à se saisir de l’objet et de ces intrications avec leurs quotidiens (recheches, tests, expérimentations, gouvernance, médiation, contribution…).

En accord avec mes principes directeurs, en essayant d’être aligné avec les intérêts exprimés par d’autres, j’amorce aujourd’hui un essai de mises en oeuvre de conditions de contributions et d’appropriations dans les travaux sur le consensus. Avec un attachement à la transparence, autant que faire se peut, et aux ressources libres et open source.

Avec une visée d’usage de méthodes simples et d’outils numériques facilitant la contribution, la réutilisation, la modification, sans oblitérer les autrices et auteurs des contributions.

Dans quel but final ?

Via l’usage d’un tableau kaban dédié au travail de recherche et conception sur le consensus, je me suis fixé comme tâche de rédiger une note expliquant la démarche d’ouverture à la collaboration, exprimée dans cet article, avec comme étapes :

Cette fiche de tâche se trouve dans un tableau de gestion de projet basé sur la méthode kanban. Ce tableau affiche sans complexe, mais sans être figé, et avec clarté l’objectif de ce travail sur le consensus.

Dans le but final d’un rendu documenté et travaillé sur le Consensus, en partant de Tiers-Lieux en base d’expérimentation mais sans se limiter à eux, comme objet d’étude dans l’évolution du design des instances et de la démocratie.

Ce tableau est hébergé dans github afin d’arranger au mieux l’historique des contributions, la coécriture, l’accesiblité aux données, la modification et l’intégration continue, la réutilisation par respect des licences libres. Si github vous repousse pour des raisons de difficultés ou de méconnaissance, je vous ai préparé un très court article pour essayer de remédier à cela : “Démystifier l’écran noir, le terminal, le git… Apprendre github en douceur : 10 ressources”. Si cela ne suffit pas, je serais ravi de prendre du temps en présentiel ou par visioconférence pour échanger et pour vous aider ou d’envisager ensemble des alternatives pour votre contribution.

Si la question de “qui ?” peut contribuer, collaborer, je vous répondrai que ce sont les personnes qui comprennent cette démarche et qui peuvent la suivre ou qui désirent apprendre à la pratiquer, sans aucun autre pré-requis.

Pourquoi contribuer

Apprendre, partager, transmettre, sont des actions louables et souhaitables. Mais ces programmes ou commandes sont à transformer en étapes qui affichent explicitement toutes les opérations qu’elles effectuent. J’espére que nos échanges et le tableau kaban permettront cela.

Les intérêts des entités individuées qui se rassembleraient autour de cette démarche sont à prendre en compte et à préserver. Autrement écrit, les personnes provenant de stuctures ou d’organisations peuvent contribuer à condition que cette contribution ne lèse pas le commun alimenté, le travail collaboratif, et que le transfert de valeurs vers son organisation de provenance soit équitable avec son apport. Cette volonté de réciprocité est également valable dans le cas d’une personne avec un projet individuel.

Contribuer pour soi-même, avec d’autres, pour fournir une base matérielle de qualité pour toute organisation qui le souhaiterait puis un objet d’études ouvert et collaboratif participant à la transition et l’amélioration des modèles de gouvernance. Se valoriser soi, valoriser le travail des autres, valoriser le travail collectif de manière qu’il vous plaira tout en respactant la volonté de réciprocité et les droits de licence (auquel vous seriez ayant droit puisqu’autrice ou auteur ou contrubutice ou contributeur).

Contribuer pour :

Comment contribuer

Par l’utilisation de ce tableau kaban évoqué ci-avant afin de coordonner nos idées, nos actions, nos productions à plusieurs. Lorsque vous cliquez sur Consensus Studies vous arrivez ici :

4 colonnes pour y placer ce que vous voudrez dans :

Exemple avec cet article :

J’ai utilisé un fiche de tâche “Explications” placées dans la colonne idée pour pouvoir y réfléchir, définir les nécessités, présenter l’idée à d’autres personnes. Puis en démarrant cet article j’ai déplacé cette fiche dans la colonne “En cours” en lui ajoutant la Pull Request #69 du brouillon de l’article et en cochant au fur et à mesure les nécessités accomplies.

Quelques règles simples

Voilà, je pense que vous avez le minimum vital pour démarrer dans ce tableau. Ou alors contactez moi par mail ou ouvrez une ISSUE pour poser vos questions et suggestions d’amélioration concernant cet article.

Les usages de Kanban

Lorsque vous vous saisirez de ce kanban, il ne tiendra qu’à vous d’en faire des usages divers et variés, par des pratiques collaboratives, pour avancer ensemble dans l’étude, la conception, la critique, l’emploi, du consensus dans le design des instances. J’espère sincèrement vous avoir ouvert l’envie de faire et offert les premiers moyens de contribuer.

Ce travail collaboratif serait déjà un bel exemple de ce qui peut être produit en s’appuyant sur un processus apparentable au consensus.

Merci à toutes les personnes qui soutiennent les efforts par leurs dons


Xavier Coadic

Xavier Coadic

Human Collider

rss framagit twitter github mail linkedin stackoverflow